Partis aussi sèchement

Qu'une porte fracassée

Par les gifles hurlantes des tempêtes.

Enfants dont ma mémoire

Ne connait les noms

Je vous bâtis 

En mes entrailles

Un clos de jardin.

J'y porterai les larmes

Et les cris

Des mains de vos mères

Et de vos pères.

Vous, 

Les arrachés à la joie du soleil

A la vague du désir de Vie

Qui étiez venus sur la ronde terre

Cueillir des étoiles sur les trottoirs,

Je vous porte en chaque os 

Qui ne trouvera de repos

Que si

Vous devenez bleu de ciel

Et vous levez dans mes rêves.

Je porterai alors

Quelque soit le voyage

Les terres et  les fleuves

Vos images naissantes

A la bouche

De vos mères

De vos pères

J'irai leur porter

Vos petites ailes blanches sans corps

Et des boîtes emplies de vos rires,

Des musiques de vos pieds

Et des danses de vos bouches.

 

Je vous attends,

Les mains, les bras, le ventre

Fleuris d'Amour.

Après votre long voyage

Vous viendrez fredonner

Des comptines

Sur le banc au fond des nuits.

 

Nathalie BARDOU

17 juillet 2016