Depuis,
Cette transparence
Glissant
Entre les cheveux de l’air.
Toujours les mots
Qui cognent
Dans le coeur de la bouche
Puis se dispersent
Et terminent leurs chevauchées
Suspendus au ventre du ciel.
S’attarde celui qui vit
Du battement
Des tiens.
Celui qui
Fouille le jardin
Qui cherche sa syllabe
L’inexprimable syllabe
Logée
Secrète
Dans l’intime des pierres.
Nathalie BARDOU 31 décembre 2016